En transformant la manière de concevoir les applications, les « conteneurs » permettent aux développeurs de gagner en productivité. Explication d’une révolution en marche…

A l’instar des conteneurs utilisés pour le transport des marchandises, les conteneurs informatiques ont pour vocation de stocker des objets afin de pouvoir les transporter plus facilement. La conteneurisation des applications possède ainsi de nombreuses vertus et permet notamment de :

  • Virtualiser les ressources matérielles ‒ systèmes de fichiers, réseau, processeur, mémoire vive, etc. ‒ indispensables pour l’exécution d’une application. 
  • Stocker toutes les dépendances des applications : fichiers, bibliothèques, etc. 

Garantir l’intégrité du contenu

Concrètement, ces conteneurs ont la capacité d’expédier des applications (et leurs dépendances) vers de nombreux systèmes d’exploitation et surtout de garantir l’intégrité du contenu au départ et à l’arrivée. C’est en fait la robustesse de cette « isolation » qui permet d’optimiser la sécurisation des systèmes.

Pour déplacer les applications virtuelles d’un système d’exploitation à un autre, le conteneur se connecte à leur noyau (kernel), ce qui permet aux différents composants matériels et logiciels de communiquer entre eux. 

Automatisation des infrastructures IT

Techniquement, la conteneurisation présente plusieurs atouts qui vont permettre de :

  • minimiser la complexité liée à la configuration et à l’administration applicatives ; 
  • accélérer les cycles de développement et de production applicatifs. 

Grâce à leur portabilité et à leur flexibilité, ils contribuent grandement à l’automatisation des infrastructures IT.

Réduction du « time to market »

La conteneurisation est une réelle rupture technologique qui s’insère parfaitement dans la chaîne du développement et de livraison en continu des applications.

Elle permet de réduire ce fameux « time to market » qui accélère les délais entre la formation d’une idée et sa matérialisation en fonction applicative.

C’est d’ailleurs cette conteneurisation qui permet notamment à Facebook, Instagram, etc. de proposer une centaine de nouvelles fonctionnalités chaque jour. 

Systèmes plus fiables

Avec le temps, les outils de conteneurisation qui arrivent progressivement à maturité gagnent aussi en fiabilité. Les possibilités de s’introduire frauduleusement à l’intérieur d’un conteneur pour accéder aux ressources de la machine sont en passe d’être gommées.

Et lorsque la sécurité en matière d’orchestration sera garantie à 100%, il y a fort à parier que des groupes de machines pourront héberger des conteneurs issus de systèmes complètement hétérogènes. Cette opportunité technique autorisera dès lors n’importe quelle application à utiliser des ressources qui ne lui appartiennent pas. 

Open source

Premier acteur du marché, Docker a lancé dès 2013 son concept de conteneurs d’applications et développé le logiciel open source qui permet de le gérer. Il a ainsi pensé un format de restitution des images et des runtime qui a été rapidement intégré dans le processus de standardisation de l’Open Container Initiative (OCI)*. 

* Consortium fondé par un groupe d’entreprises pour développer des standards ouverts de référence pour les conteneurs.

Orchestration

Étroitement liés à l’activité de conteneurisation, les orchestrateurs ont pour vocation de gérer le cycle de vie des conteneurs en proposant une vision d’ensemble. Des projets comme Kubernetes offrent ainsi l’opportunité de configurer les applications à la demande et d’orchestrer le cycle de vie des applications basées sur la conteneurisation.
Lancé en 2015 par Google et cédé à la Cloud Native Computing Foundation pour devenir open source, le concept permet désormais aux programmeurs de pouvoir se focaliser uniquement sur le fonctionnement des applications plutôt que sur leurs détails de déploiement.

En résumé

La conteneurisation est un processus qui permet de virtualiser des ressources tout en bénéficiant d’une isolation garantie par le système d’exploitation. Ces ressources sont ainsi plus facilement portables d’un système à un autre.