La vitesse de chargement est devenue l’un des critères primordiaux en matière de stratégie web. Et ce, pour deux raisons essentiels : les internautes sont de moins en moins patients et Google considère la vitesse d’affichage comme un critère de différenciation majeur.

En matière de stratégie web, la réduction du temps de chargement des pages d’un site web permet d’optimiser trois leviers de croissance :

  • L’optimisation du référencement naturel (SEO)
  • L’amélioration de l’expérience utilisateur (UX)
  • L’augmentation du chiffre d’affaires

L’optimisation du référencement naturel

Googlebot et temps de réponse

Lorsque le Googlebot (robot) parcourt un site, il lui alloue un référencement qui dépend de plusieurs critères (importance du site, pertinence du contenu, vitesse d’affichage, etc). Si le site n’est pas optimisé et que le temps de réponse du serveur est trop long, le robot met plus de temps à réaliser cette indexation… ce qui entache sa rentabilité ! C’est ce déficit qui pousse Google à valoriser les sites dont l’ouverture est la plus rapide. 

Comportement des internautes

L’autre raison qui amène Google à privilégier les sites dont l’affichage est rapide concerne les utilisateurs : 57% des internautes estiment qu’un site devrait se charger en moins de 3 secondes ! Dans ce contexte, Google surveille très attentivement leur comportement pour attribuer son ranking SEO. Lorsqu’un internaute effectue une recherche et clique sur un résultat, certaines circonstances peuvent l’amener à revenir aux résultats de recherche (manque de pertinence de la page, vitesse d’ouverture des pages trop lente, site jugé douteux, etc). Ce retour en arrière (Pogosticking) est un indicateur-clé que prend en compte l’algorithme de ranking de Google. 

L’amélioration de l’expérience utilisateur (UX)

Un temps de chargement de page trop long frustre les utilisateurs. Cette frustration se traduit invariablement par des taux de rebond importants (abandon de l’action). A contrario, l’amélioration de l’expérience utilisateur (UX) liée à la vitesse d’affichage optimise les chances de conclure des ventes. Lorsque les temps d’affichage sont rapides, le site bénéficie d’un trafic plus soutenu et d’un temps de visite plus long par utilisateur (ce qui favorise la notoriété et la mémorisation de la marque). 

L’augmentation de votre chiffre d’affaires 

La fluidité du trafic augmente le nombre de pages consultées et offre au visiteur l’opportunité de trouver plus facilement le produit qu’il désire. Les achats impulsifs et spontanés sont également boostés si le visiteur a la possibilité d’accéder rapidement et dans les plus brefs délais au produit et au panier d’achat. 

7 conseils pour optimiser le chargement des pages

Investir dans un bon hébergement web 

En matière d’hébergement web, mieux vaut choisir un serveur dédié qu’un serveur mutualisé. Certes moins couteux, l’hébergement mutualisé présente le désavantage de stocker plusieurs sites internet sur un même serveur. Résultat : les performances du serveur – notamment en terme de vitesse – sont inversément proportionnelles au nombre de sites qu’il héberge. Le choix d’un serveur dédié s’avère dès lors chaudement recommandé… car les quelques euros supplémentaires investis vont être rapidement rentabilisés. 

Analyser le temps de chargement 

Avant de mettre en œuvre les mesures qui vont vous permettre d’accélérer l’affichage d’un site, 

il est préférable de procéder à une analyse préliminaire. Pour réaliser cet audit, Google a développé  « PageSpeed Insights », un outil qui  analyse les performances d’un site et propose des pistes d’amélioration. L’outil attribue deux scores sur 100 à la page : le premier concerne l’analyse de l’interface mobile et le second celui du desktop. Notez que pour l’analyse de l’interface mobile, il est désormais préférable d’utiliser l’outil « Test my page » de Google. 

Mettre les scripts à jour 

Il s’agit ici de réduire la taille et le poids d’une application ou d’une page web en intervenant sur son code (notamment JavaScript, CSS et HTML). Cette simplification consiste à intervenir sur des éléments qui peuvent être éliminés sans nuire à la compréhension. Comme le code est allégé, les performances d’affichage du site s’améliorent. Pour cette opération, 3 options sont envisageables :

  • Activer la compression des scripts en utilisant un outil comme Minifier HTML / CSS / JS par exemple.
  • Optimiser les fichiers CSS qui sont téléchargés par le serveur avant la page elle-même. Pour cette opération, il s’agit de supprimer tous les éléments superflus de vos fichiers (espaces, données inutiles, etc.).
  • Disposer les scripts en bas de page (sous la ligne de flottaison) afin que le contenu soit chargé en priorité, avant de charger les scripts.

Optimiser le format des images 

Trois formats d’images s’affichent correctement sur tous les navigateurs : JPEG, GIF et PNG. Pour réduire l’impact de ces images sur la bande passante (capacité maximale de débit de la connexion internet), deux opérations sont requises: redimensionner et compresser. 

Redimensionner 

Lorsque vous modifiez la taille de vos images directement sur le CMS, l’image d’origine reste aussi « lourde » (les détails graphiques sont conservés) mais apparaît en format réduit. Pour réduire son poids et obtenir la meilleure taille « utile », il est préférable d’utiliser des logiciels de photo comme Photoshop. Ces outils permettent en effet de visualiser l’image à sa taille réelle. Vous ajustez ainsi les dimensions en bénéficiant de l’angle de vue que dont les internautes disposeront sur la page web. Il suffit alors d’enregistrer l’image à la taille souhaitée avant de l’importer sur le CMS. 

Compresser 

Lorsqu’une image est compressée, le navigateur adapte son poids à la taille requise. Pour réaliser cette opération, vous pouvez utiliser des logiciels comme PhotoShop, XnView ou TinyPNG. Certains outils comme WordPress et Prestashop disposent d’un module TinyPNG. Cette fonctionnalité vous permet de compresser directement vos images depuis votre CMS.

Alléger les vidéos

Tout comme pour les photos, la réduction du poids des vidéos est indispensable pour accélérer l’ouverture des pages d’un site internet. Cette opération passe par quelques manipulations facilement applicables : 

  • Héberger la vidéo sur Youtube ou Videmo et les intégrer sur votre site
  • Réduire la largeur de la vidéo
  • Compresser la vidéo avec un logiciel comme Adobe Premiere
  • Supprimer la piste audio si elle ne sert pas
  • Choisir un bon format léger comme le MP4 

Autoriser la mise en cache des ressources

La visite d’un site nécessite le chargement de certains éléments qui vont ralentir l’ouverture des pages. Via la mise en cache de certaines ressources, le navigateur enregistre des données qui ne devront pas être téléchargés à chaque visite. Lorsque des modifications ou des mises à jour de la page s’avèrent nécessaires, seuls les nouveaux éléments sont ainsi chargés. Cette opération fluidifie la navigation et augmente les vitesses de chargement. 

Recourir au CDN (Content Delivery Network)

La rapidité de chargement d’un site dépend également de la proximité géographique du serveur.

Dans cette logique, les réseaux qui bénéficient de la technologie CDN (Content Delivery Network) sont constitués de plusieurs ordinateurs localisés à différents endroits sur la Terre. Ces ordinateurs coopèrent pour rendre les contenus plus facilement accessibles et augmenter ainsi la vitesse de chargement. Cette opportunité s’adresse en priorté aux sites qui disposent d’audiences internationales et de budgets importants.